mardi 26 janvier 2010

Exposition AD Gallery (Switzerland)


"EPHEMERAL"

Du 3 février au 20 mars 2010.

Galerie AD - Genolier (Switzerland)

Vernissage le 30 janvier à partir de 17h30

"EPHEMERAL"

"Ephemeral parle bien évidemment des "traces" que laisse l'Homme à travers ses constructions sublimes et dérisoires. Car si l'Homme est le plus souvent absent visuellement de mes images, c'est bien évidemment lui que je place au centre du cercle.
De tous temps l'homme a su observer la nature et distinguer l'utile du préjudiciable.

De tous temps l'être humain a su apprivoiser son environnement.
Ainsi, l'homme a façonné des outils, appris à les utiliser pour se nourrir, protéger, conquérir, montrer sa bravoure ou sa puissance, il s'est fait bâtisseur pour se loger, se prémunir des éléments, réchauffer sa famille ou encore abriter sa foi, dialoguer avec les dieux. Il a voulu tendre des grappins contre le ciel obscur en quête d'une impossible étoile.
De tous temps l'homme a appris a connaître ses limites, lui, un être fini et mortel inscrit dans un univers infini en constante évolution. Ephémère par essence, il a désiré tutoyer l'éternité, s'affranchir de ses limites et à l'instar d'un dieu créateur a voulu construire, créer, imaginer. Il a façonné l'univers visible à son image, mieux encore il a souhaité que ses créations lui survivent et traversent les générations.

Ephemeral... Car souvent ne subsistent que des traces.
Traces de notre orgueil qui transcendent notre simple condition humaine, humbles traces d'activités ou terribles cicatrices de combats ou de catastrophes, ou encore traces magnifiques et chefs d'oeuvres architecturaux, poésie de pierres et dentelle de rêves vouées à disparaître un jour aussi mais qu'inlassablement l'homme rebâtit et conserve.

Ephemeral parce que si l'homme avait eu l'éternité pour faire, sans doute n'aurait-il rien fait.


Ephemeral enfin, parce que la vie humaine est éphémère comme le sont ces châteaux de sable, de pierre ou de rêve que l'homme édifie et qui nous ressemblent tant."

9 commentaires:

  1. Félicitation et bonne chance Bruno ;)

    RépondreSupprimer
  2. @Pascal : Merci ;)

    @ Cyci : Moi aussi, je t'aurais bien glissée dans ma valise.... ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bruno, l'homme crée le réel le temps de son vivant puis quand ses poussières se dissipent dans le vent vers l'orient éternel, il reste des pierres qui sculptent sa mémoire et nos souvenirs.
    Tes photographies, Pierre dans le vent, nous offrent la mémoire de l'homme, cet étranger voyageur qui frappe au temple de la vie et dont tu nous montrent les sculptures du temps.
    Félicitaions et beaucoup de succès
    Philippe

    RépondreSupprimer
  4. Merci Philippe pour ces mots qui ouvrent des horizons infinis qui s'étendent du nadir au zénith, de l'orient à l'occident et du septentrion au midi où les regards se tournent vers la Lumière ;)

    RépondreSupprimer
  5. Un très bel hommage à l'Homme et à son hominisation.
    Encore un témoignage qui tend à prouver que nous ne sommes que les maillons d'une chaîne qui nous relie à nos ancêtres et qui nous tend vers l'avenir. Entre tradition et modernité.
    Tu es un bien solide maillon Bruno. Bravo !

    RépondreSupprimer
  6. Merci Dom. Comme notre univers, la tradition est en perpétuelle expansion, elle est la modernité hic et nunc...

    RépondreSupprimer